Historique

organisation Header

L’Association pour le Développement des Œuvres Sociales de la Marine (ADOSM) a été créée en 1939, à l’initiative de l’Amiral GRANDCLEMENT, premier Président, avec le soutien actif de Madame CAMPINCHI, épouse du Ministre de la Marine, en réaction à la catastrophe du sous-marin PHENIX, le 15 juin 1939, en baie de Cam Ranh, disparu avec 71 membres d’équipage.
Cette disparition avait bouleversé l’opinion publique française et provoqué un élan de solidarité. Des dons nombreux et importants furent adressés au Ministre de la Marine. L’ADOSM, nouvellement créée, fût ainsi chargée de répartir ces dons entre les familles durement touchées.

Le siège de l’ADOSM s’installe à Paris et des délégations se créent progressivement à Brest, Cherbourg, Toulon, Alger, Lorient, Indret, Marseille, Nice, Bizerte, Oran, Casablanca, Dakar, Le Havre, Bordeaux et Strasbourg. En l’absence de Sécurité Sociale, un service social est décidé, composé d’assistantes sociales, rapidement renforcé par un service juridique, un ouvroir, un vestiaire, des centres pour colonies de vacances,…

Pendant la guerre, les activités de l’ADOSM se développent considérablement et s’adressent à tous les marins quels que soient leur statut (guerre, pêche ou commerce). Association privée, elle garde cependant des relations étroites avec le Service Central des Œuvres de la Marine (SCOM), créé en 1941, et le Secours National.

Pour accueillir les familles, elle acquiert plusieurs propriétés à Vimines, La Roche Guyon, les Châteaux d’O, de la Bauche (Savoie) et de Saint Germain en Marencennes (Charente Maritime)…
Reconnue d’utilité publique (Décret du 28 septembre 1942), elle soutient alors plus de 12.000 familles. L’association développe l’assistance aux familles avec l’habitat familial (Cité maritime, Cités de l’ADOSM, Demeures familiales du marin dans son village…) et l’organisation de Colonies de vacances pour 4.500 enfants. Cette œuvre considérable sera réalisée par l’Amiral de PONTEVES, Président de l’Association, et Madame DEVIN, épouse de l’Amiral DEVIN, Secrétaire Générale. L’ADOSM s’occupe activement de suivre les marins prisonniers et leurs familles.

En 1945, l’Association soutient 21.480 familles. Pour compenser la diminution des aides, elle organise sa première vente de charité qui rapporte 2,5 millions de Francs. En 1946, Madame de PIMODAN arrive à l’ADOSM pour s’occuper de l’organisation des ventes. Elle succède à Madame DEVIN, comme Secrétaire Générale, en 1948. La création de la Sécurité Sociale, en 1947, puis de l’Action Sociale des Forces Armées, conduit l’ADOSM à réduire son format et transférer un certain nombre d’activités et de résidences. L’amiral LE BIGOT succède à l’amiral de PONTEVES comme Président, en 1949.

En 1951, l’Attaché Naval des Etats-Unis et son épouse participent à la vente. Ils sont progressivement suivis par les Attachés navals de Grande-Bretagne, d’Allemagne, d’Italie et d’Espagne. Pour recueillir des fonds, l’Association organise des soirées de Gala et bénéficie de dons provenant se spectacles généreusement joués à son profit, comme l’opérette « Chevalier du Ciel » avec Luis Mariano, Claudine Cereda, Lucie Donele et Francis Blanche.

En 1959, à son décès, le CV Charles MILLOT, alias GERVESE, peintre de la Marine, fait don de ses droits d’auteur à l’ADOSM, ce dont elle bénéficie encore aujourd’hui. En 1969, un autre peintre de la Marine, André NIVARD, lègue une partie de ses tableaux à l’ADOSM que l’Association recevra qu’en 1976. La vente du Château d’O, en 1972, permet de renflouer les finances de l’ADOSM et d’investir dans quelques chambres de maison de retraite.

L’Amiral SALA, Président depuis 1959, décède en 1973. Il est remplacé par l’amiral TRAUB. En 1980, Madame de PIMODAN cède sa place de Secrétaire Générale à Madame de TRUCHIS, après 32 années d’un dévouement ininterrompu à l’Association. Les cessions immobilières se poursuivent pour permettre à l’Association de poursuivre sa mission.

L’amiral de CASTELBAJAC succède à l’amiral TRAUB en 1984. Il décède prématurément en 1987 et l’amiral LEJEUNE le remplace. La vente de l’ADOSM se déplace alors de la rue Royale au Musée de la Marine. La même année, madame de TRUCHIS quitte ses fonctions de Secrétaire Générale qui sont reprises par Madame VALLEE.

Aujourd’hui, l’ADOSM a recentré son action sur l’attribution de bourses scolaires qui représente la partie la plus importante de son budget.